André Derain (français, né le 10 juin 1880 à Chatou – décédé le 8 septembre 1954 à Garches), peintre, sculpteur et graveur, est une figure importante du mouvement fauviste. Il prend ses premières leçons de peinture avec son ami La Noé durant son adolescence. De 1898 à 1900, Derain partage un studio avec deux jeunes fauves Henri Matisse (français, 1869-1954) et Maurice de Vlaminck (français, 1876-1958) et prend des cours à l’académie Carrière à Paris. En 1904, Derain étudie à l’académie Julian et voyage avec Matisse jusqu’à Collioure, petite ville sur la côte méditerranéenne, où tous les deux se consacrent énormément à la peinture.

Derain est en partie à l’origine du terme fauvisme puisque le critique d’art Louis Vauxcelles, désapprouvant les couleurs vives peu naturelles de Matisse et Derain, qualifie de fauves les peintures exposées lors du Salon d’Automne de Paris. En 1906, à la demande du marchand d’art Ambroise Vollard, Derain se rend à Londres, où il peint une série de 30 tableaux colorés de la ville, dont l’un de ses plus célèbres Le Pont de Charing Cross (1901). L’année suivante, Derain déménage à Montmartre pour être plus proche de ses amis artistes, notamment Pablo Picasso (espagnol, 1881-1973), et commence à sculpter la pierre. Sa période gothique débute en 1911, il utilise des formes plus austères et des couleurs plus douces que par le passé. Certaines de ses peintures sont exposées lors de l’Armory Show à New York et du Erster Herbstsalon à Berlin. Après avoir combattu lors de la Première Guerre mondiale, Derain commence à peindre de manière plus traditionnelle et devient une figure importante du classicisme. Durant les années 1920, il crée ses célèbres peintures d’artistes et de danseurs dont Arlequin et Pierrot (1924).

Après avoir remporté le prix Carnegie en 1920, le travail de Derain s’expose de plus en plus à travers le monde. La Kunsthalle de Berne en Suisse organise la première rétrospective consacrée à Derain en 1935 ; à la même époque, l’artiste s’installe à Chambourcy. Durant l’occupation de la France par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, Derain vit à Paris. Il fait partie d’un groupe d’artistes français qui se rend à l’exposition du sculpteur nazi Arno Breker à Berlin, il sera largement considéré comme un collaborateur lors de la Libération. Pendant les années 1940, Derain travaille à Donnemarie et Chambourcy. Les années précédant sa mort, il se concentre sur la sculpture. Alors qu’il se remet progressivement d’une maladie des yeux, il meurt lors d’un accident de voiture en 1958. Ses peintures peuvent être vues au MoMA de New York.

Expositions

2003
Galerie Schmit, Paris
1995
Musée Despiau-Wlérick, Mont-de-Marsan
1994
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Paris
1991
Musée d’Art Moderne, Troyes
1991
Musée de l’Orangerie, Paris
1981 – 1982
Marcq-en-Baroeul
1952 – 1953
“Modern French Masters”, Columbus ed Akron, Ohio, Worchester, Massachusetts
1952 – 1953
“Les Fauves”, Museum of Modern Art, New York
1951
Galerie Roland Browse & Del Banco, London
1951
“Le Fauvisme”, Musée National d’Art Moderne, Paris
1951
“Le Fauvisme”, Musée de Beaux-Arts, Rennes
1950
David Finlay Galleries, New York
1950
Sidney Janis Gallery, New York
1950
Bern Kunsthalle
1949
Galerie de Berri, Paris
1947
Galerie Bing, Paris
1940
Solo show, Gallery Pierre Matisse, New York
1937
Maîtres de l’Art Contemporain, Petit Palais. In occasion of Esposizion Universel de Paris
1916
Solo show, Galleria del mercante d’arte Paul Guillaume
1905
Salon des Indépendants, Paris
1905
Salon d’Automne, Paris

Publications

2003
André Derain, 1880-1954, Paris, Galerie Schmit
2003
Da Caillebotte a Picasso, I capolavori della collezione Oscar Ghez dal Museo del Petit Palais di Ginevra a cura di L. Caramel, N. Sainte Fare Garnot, G. Gentry, Milan, Mazzotta
2002
Da Puvis de Chavannes a Matisse e Picasso, Verso l’arte moderna, a cura di S. Lemoine, Bompiani
2001
André Derain, Centre d’Art Contemporain, Istres
2001
Da Renoir a Picasso, un secolo d’arte al Petit Palais di Ginevra, a cura di Paola Gribaudo, Milan, Electa
2000
Les années fauves, 1904-1908, Paris, Somogy Editions d’art
1999
Le fauvisme ou “l’épreuve du feu” Eruption de la modernità en Europe, Edition des musées de la Ville de Paris
1999
I Fauves e la critica, a cura di Maithé Vallès-Bled, Milan, Electa
1996
M. Kellermann, André Derain, Catalogue raisonnée de l’œuvre peint, Editions Galerie Schmit, Paris
1995
N. Kalitina, A. Barskaia, E. Gheorghievskaia, André Derain, Le peintre à l’epreuve du feu, Bournemouth, Parkstone Aurora
1994
André Derain, Le peintre du « trouble moderne », Paris Musées
1991
Un certain Derain, Paris, Musée de l’Orangerie, Reunion des Musée Nationaux
1990
P. Cabanne, André Derain, Paris, Somogy
1976
Derain, Accademia di Francia a Roma, Rome, Edizioni dell’Elefante
1966
Collection Jean Walter – Paul Guillaume, Catalogue, Orangerie des Tuileries, Paris