André Arbus (français, né le 17 novembre 1903 à Toulouse – décédé le 12 décembre 1969 à Paris) est un concepteur de mobilier, un sculpteur et un architecte. Né dans une famille d’ébénistes, il travaille dans l’atelier de son père tout en étudiant à l’école des beaux-arts de Toulouse. Après l’obtention de son diplôme, il reprend l’entreprise familiale. En 1925, il commence à exposer ses meubles dans différents salons et galeries, notamment au Salon des Artistes Décorateurs, à l’exposition des arts décoratifs et à la galerie parisienne L’Époque, et se crée rapidement une réputation de concepteur de mobilier innovant. En 1932, Arbus déménage à Paris, où il plaide pour un retour au design traditionnel. Influencées par le classicism français, ses œuvres présentent des lignes minimales et des matériaux luxueux, comme la laque, le parchemin, le vélin et des vernis de bois précieux. En 1935, il ouvre sa propre galerie à Paris.

En 1939, il expose son travail lors de l’exposition universelle de New York et le ministère français de l’agriculture lui demande de concevoir ses intérieurs. De 1946 jusqu’à sa mort, il expose de plus en plus et travaille sur de nombreux objets et projets de design, notamment une série de chandeliers en verre et des œuvres sur la lumière avec l’atelier de Véronèse, et une commande pour décorer l’ambassade française à Washington, D.C.

Durant les années 1950, l’intérêt d’Arbus se porte sur la sculpture et il commence à créer des sculptures uniques à usage de mobilier. Ses premières pièces en bronze voient le jour en 1952 et la sculpture reste son sujet de predilection jusqu’à sa mort en 1969.