Claire Morgan: QUIETUS

Claire Morgan: QUIETUS

when you wish by claire morgan

Claire Morgan

When You Wish, 2012

Prix sur demande

endless by claire morgan

Claire Morgan

Endless, 2012

Prix sur demande

the beauty and the beast by claire morgan

Claire Morgan

The Beauty and The Beast, 2012

Prix sur demande

spatial concept by claire morgan

Claire Morgan

Spatial Concept, 2012

Prix sur demande

the colossus by claire morgan

Claire Morgan

The Colossus, 2012

Prix sur demande

red or dead by claire morgan

Claire Morgan

Red or Dead, 2005

Prix sur demande

samedi 8 septembre 2012samedi 3 novembre 2012


Paris, France

Claire Morgan
QUIETUS
Vernissage 8 septembre 2012 – en présence de l’artiste
8 septembre - 3 novembre 2012

La Galerie Karsten Greve a le plaisir d’annoncer la deuxième exposition en France dédiée personnellement à Claire Morgan. L’exposition comprend un ensemble important de sculptures-installations spécialement conçues à cette occasion, ainsi que des toiles et des dessins.

L’oeuvre de Claire Morgan reflète sa préoccupation pour notre désespoir, à travers la vie et la mort, de contrôler le monde qui nous entoure. L’artiste exprime la force de l’impact que la nature peut avoir, à travers l’usage particulier qu’elle fait des procédés naturels et des matières organiques : il en résulte dans l’existence même de l’Homme sa réduction à une minute et un fragment insignifiant de la beauté de la nature.
« Mon attention fut attirée par la distraction légère que nous choisissons de placer dans notre environnement immédiat, avec lequel nous nous analysons en termes de faits accablants : que nous ne sommes rien ; que notre seule certitude en tant qu’individus est une vie, d’une durée non spécifiée, et puis la mort », a déclaré récemment l’artiste.

QUIETUS c’est la mort, ou ce qui la cause, considérée comme une délivrance de la vie, avec un effet apaisant, rassurant et servant à la supprimer ou l’éliminer. Cela reprend l’exploration incessante par Claire Morgan de la condition humaine.

L’exposition ouvre sur l’action avec le chaos ad infinitum : la légèreté et la ressemblance à des morceaux de verres cassés de Under Arrest souligne notre arrogance en tant qu’espèce et notre indifférence sous-jacente envers l’environnement.

Dans Apolcalypse Now, les mouches incarnent le changement, la mort amenant au bouleversement, à l’imprévisibilité et à l’aversion. Sa forme stricte telle une armée, ainsi que sa complexité et son interdépendance entre chaque fragment, illustre notre désir d’appartenance à un groupe, sans vraiment questionner nos raisons.
Le cygne est souvent associé à la pureté et à la perfection. Dans The Colossus, sous 50.000 morceaux de plastique, il se réfère à quelque chose de supérieur à nous, dans une mise en scène massive.
L’action se referme sur Try Again. Fail Again. Fail Better. L’oeuvre est composée d’un enchaînement de carrés, faits de matériaux naturels et de matériaux manufacturés, qui s’entrecroisent mais jamais ne se touchent. Cette sculpture-installation amène à penser aux forces de la nature, à nos propres actions et attitudes qui entraînent des fins limitées propres à tous : naissance, croissance, enseignement, erreurs puis décès.
Avec Nipple, nous poursuivons sur le thème du cycle de l’exposition. La texture ouatée extérieure suggère une peau et une forme corporelle, rappelant notre propre relation avec notre corps.
The Birds and Bees est un point de départ à partir duquel on explore la trahison de la beauté de l’interaction des corps et tout ce qui s’en suit ; alors que, You Are My Sunshine, aux allures d’une église et créé à l’origine pour la mission d’un marin, se concentre sur la personnification de la lumière, du soleil et de notre entendement de Dieu et donc de la moralité. Les mouches deviennent l’allégorie de la métamorphose qui se produit dans le cycle de la vie.

Terminal occupe l’espace final : il entonne la fin de tout – humaine, action, célérité.

L’exposition présente également une sélection de nouveaux dessins et toiles. Les dessins permettent à l’artiste d’explorer les interrelations entre les différentes traces faites sur une page. Dans un premier temps des croquis, puis devenant plus élaborés en terme d’échelle et de complexité viennent les « dessins au sang », comme Claire Morgan les nomme, qui révèlent la sculpture en deux dimensions, mais avec les traces de l’animal concerné (dessins au toucher, écoulement de liquides corporels et conservateurs provenant du processus de taxidermie, traces).
Les toiles constituent des surfaces sur lesquelles l’artiste s’est essayée tout récemment ; la surface pure donne du poids aux formes, mettant en mouvement les marques de sang et d’eau.

Claire Morgan (1980, Belfast), vit et travaille à Londres. Elle est diplômée en sculpture de l’Université de Northumbria depuis 2003 et a depuis exposé à l’international, avec des expositions personnelles et de groupes en Grande Bretagne et en Europe, ainsi que dans des musées aux Etats-Unis et en Australie.

------------------------------------------

Claire Morgan
QUIETUS
Opening September 8th , 2012 - In presence of the artist
September 8th - November 3rd, 2012

Karsten Greve Gallery is pleased to announce the second solo show in France dedicated to Claire Morgan. The show includes an important set of sculpture-installations created for this exhibition, as well as canvases and drawings.

Claire Morgan’s work reflects her concern of our desperation, through life and death, to control the world around us. Making particular use of natural processes and organic materials, the artist expresses the scale of impact nature has on us, ultimately resulting in human’s existence being only a minute and insignificant fragment of nature’s beauty.
“My attention has been drawn to the cheap distractions we choose to place in our immediate vicinity, with which to screen us from the overwhelming facts: that we are nothing; that our only certainty as individuals is a life, of unspecified duration, and then a death”, as stated recently by the artist.

QUIETUS is death, or that which causes death, regarded as a release from life, with a calming, soothing effect, serving to suppress or eliminate. It compounds Morgan’s ceaseless exploration of the human condition.

The show opens on action with the ad infinitum chaos: the seemingly broken glass and lightness of Under Arrest brings to the fore our arrogance as a species and resultant disregard for the environment.

In Apocalypse Now the flies embody change, death, leading to chaos, unpredictability and repulsion. The army-like form, with it’s complexity and reliance on each fragment, illustrates our desire to be part of a group, without really questioning our motives.
A swan is often associated with purity and perfection. Here, in The Colossus, in over 50 000 plastic fragments, it refers to something greater than us, in an overwhelming colourful setting. The action closes on Try Again. Fail Again. Fail Better. Composed of repeating squares in natural and manufactured materials, intersecting although never touching, it brings to mind natural forces, our own actions and behaviour, leading to limited outcomes applied to everyone: birth, growth, learning, making mistakes and death.
With Nipple, the exhibition continues it’s cyclical theme. The creamy outer texture suggests something skin-like and corporal, bringing to mind our relationship with our bodies.
The Birds and The Bees is a starting point from which to explore the betrayal of the beauty of physical interaction and all that goes with it, while You Are My Sunshine, originally made for a seaman’s mission, essentially a church, focuses on the embodiment of light, the sun and how it relates to peoples understanding of god and thus mortality. The bluebottle embodies the metamorphosis that occurs in its life cycle.

Terminal occupies the final space: it intones ultimately the end of everything – human, action, velocity.

The exhibition also includes a selection of new drawings and canvases. The drawings allow the artist to explore the relationships between the different marks made on a page. At first sketches, becoming more elaborate in terms of scale and complexity, the “blood drawings”, as Claire Morgan calls them, show the sculpture in two dimensions, but with traces of the animal involved – touch drawings, spillage of bodily fluids and preservatives from the taxidermy process.
The canvases are surfaces on which the artist has been experimenting very recently; weight is given to the forms through the pure surface, setting in motion the marks of blood and water.

Claire Morgan (1980, Belfast), lives and works in London. She graduated from Northumbria University in 2003 with a first class honours degree in Sculpture and since has exhibited internationally, with solo and group shows in UK and Europe, and museum shows in US and Australia.