Search the whole artnet database
 
Suivez-nous et partagez suivre artnet sur Facebook suivre artnet sur Twitter

 









La matiere du bûcher

par Pierre Deschodt


Le plus bel ensemble autour de la vie et de l'œuvre de Blaise Cendrars, et préservé jusqu'à aujourd'hui par ses descendants, sera mis en vente par Christie's le 27 novembre 2009. Des pièces exceptionnelles et Blaise à nouveau dispersé.

« Ainsi, Cendrart, doit effectivement s'orthographier Cendrars. » C'est ce que Frédéric Sauser écrit à son frère Georges de Paris en 1912, après lui avoir envoyé des poèmes qu'il s'essaya pour la première fois à signer Blaise Cendrart (la braise et la cendre évoquent le Phénix). Ce sont au total 379 lettres et cartes postales à son frère qui constituent l'un des lots les plus importants de la vente du 27 novembre 2009 chez Christie's.

Cette correspondance fut entretenue de 1904 à 1960, à la veille de la mort du poète. C'est un témoignage exceptionnel et complètement inédit de celui dont la vie fut si extraordinaire que ses contemporains ne savaient souvent démêler la vérité de l'invention (ou de la poésie) dans ce qu'il racontait (comme ses dizaines de manuscrits enfermés dans des coffres forts à travers le monde). Et là nous avons toute sa vie : ses deux années passées à Moscou, adolescent, l'étudiant suisse, le jeune poète à Paris (où il se verra rendre Les Pâques sans un mot par le Mercure de France, trois mois après y avoir déposé le poème qui impressionnera si fortement Apollinaire), La Prose du Transsibérien, la guerre, la Légion étrangère, la bras perdu en 1915, les romans : L'Or, Moravagine (le double sanglant), le bourlingueur (les lettres sont plus rares), l'exilé d'Aix-en-Provence et de Villefranche-sur-Mer qui y écrira ses mémoires, le retour à Paris en 1950 et les dernières années où, malade, très diminué, il écrit toujours, sans oublier son frère. L'estimation est à la hauteur de l'évènement : 80/120 000 euros.

L'autre pièce maîtresse de la collection Sauser-Hall, mise en vente par les descendants de Georges, et parmi un « remarquable ensemble » (d'après les termes consacrés du métier) de livres et de manuscrits, est évidemment l'édition originale et mythique de La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, ce panneau de deux mètres de haut qui se replie en accordéon, réalisé avec Sonia Delaunay. « Madame Delaunay a fait un si beau livre de couleur, écrivit alors Cendrars, que mon poème est plus trempé de lumière que ma vie. » Il se réjouissait aussi de ce que les cent cinquante exemplaires imprimés (il n'en sortit en fait pas plus de soixante dix), mis bout à bout, devaient avoir la hauteur de la Tour Eiffel. Cet exemplaire porte le numéro 56 et la signature de Cendrars à l'encre violette, de sa main droite qu'il avait encore. L'estimation est à 90-120 000 euros. Quand on pense qu'il s'excusait auprès d'Henry Miller de préférer s'acheter une bouteille à lui envoyer certains livres à Big Sur. Et dans sa dernière lettre à son frère, six mois avant sa mort (il a soixante treize ans ce qui est un bel âge pour une telle vie, mais il souffre déjà depuis quatre ans) ces mots : « Bien reçu ton mandat. Baisers et amitié. ». En tout cas l'hommage est d'importance.

On notera aussi un manuscrit autographe des Pâques (qui deviendra plus tard Les Pâques à New york) daté « New York 6-8 avril 1912 » estimé 4000/6000 euros, ce qui paraît assez peu cette fois. La collection Sauser-Hall comprend aussi de nombreux témoignages de l'amitié de Cendrars avec les peintres et de leur collaboration répétée : une édition originale de J'ai tué, premier livre illustré par Fernand Léger, trois cartes de vœux à l'encre de chine et à l'aquarelle de Braque, quatre photos de Brancusi ou encore La Guerre au Luxembourg illustré de six dessins de Kisling. Dès 1910, prémonitoire comme il le fut si souvent, Blaise Cendrars, qui n'est encore que Freddy Sauser, écrit à Georges : « Donc, mon frère, je continuerai d'écrire jusqu'à la fin et à ma mort tu auras un monstrueux bûcher à édifier. Car, malheureux, tout cela viendra entre tes mains. ». Malheureux ?

 

Blaise Cendrars, Collection Sauser-Hall
Vente le 27 novembre 2009

Christie's
9, avenue Matignon - 75008 Paris
Exposition publique du 24 au 26 novembre de 10h à 18h et le 27 novembre de 10h à 12h


P. D. (23 novembre 2009)


 




artnet – Le monde de l'art en ligne. ©2014 Artnet Worldwide Corporation. Tous droits réservés. artnet® est une marque déposée d'Artnet Worldwide Corporation, New York, NY, USA.