Search the whole artnet database
 
Suivez-nous et partagez suivre artnet sur Facebook suivre artnet sur Twitter

 









Peintures rugissantes

par Manuel Jover


Fauves et Expressionnistes De Van Dongen à Otto Dix. Cette exposition résulte, comme c'est souvent le cas aujourd'hui, d'un échange entre deux musées. Marmottan a prêté ses Monet (le fonds le plus important au monde) pour une rétrospective qui est une première en Allemagne, et en contrepartie le musée de Wuppertal lui a confié une partie de ses collections : un florilège de ses toiles expressionnistes allemandes, assorties de quelques peintures fauves, soit en tout cinquante œuvres.

Le musée de Wupppertal, en Allemagne nord-rhénane, doit son nom et une bonne partie de son fonds d'art moderne au banquier August von der Heydt (1851-1929) et à son fils Eduard, grands collectionneurs et mécènes des artistes d'avant-garde. De nombreuses œuvres furent détruites lors des saisies nationales socialistes et des bombardements de la dernière guerre. Ce qui en réchappa suffit cependant à la fierté d'un grand musée. Qu'on en juge ! L'exposition s'ouvre par un beau portrait d'Edward Munch, grand précurseur de l'Expressionnisme, et des toiles fauves, dont un magnifique Nu de Van Dongen. Le Fauvisme fournit aux artistes allemands l'exemple d'un art basé sur l'affranchissement de la couleur, considérée comme élément plastique indépendant de toute description. Mais les peintres de Die Brücke (Le Pont), association fondée à Dresde en 1905, confèrent aussi à la couleur — conjuguée aux déformations violentes du dessin — des pouvoirs expressifs inédits.

En effet, pour Erich Heckel, Ernst Ludwig Kirchner, Karl Schmidt-Rottluff, Max Pechstein, Otto Müller ou leur aîné Emil Nolde, qui partagea un temps leur aventure, l'art est essentiellement l'expression du monde intérieur : émotions, sentiments, révolte, aspiration à l'unité perdue des sociétés originelles. A cette première grande flambée expressionniste, répond un second foyer, formé en 1909 par deux artistes russes installés à Munich, Vassily Kandinsky et Alexej von Jawlensky, leurs compagnes respectives, Gabriele Münter et Marianne Werefkin, et le peintre allemand August Macke ; c'est l'éphémère NKVM (Nouvelle Association d'artistes de Munich), d'où, peu après, sortira le fameux Blaue Reiter (Cavalier bleu), fondé par Kandinsky et Franz Marc.

L'Expressionnisme munichois reprend la notion de « nécessité intérieure » mais orientée vers un horizon spiritualiste où les formes de plus en plus décantées finiront par se détacher de la réalité : dès avant la Première Guerre, Kandinsky peint ses premières œuvres abstraites. Quelque peu éclipsé, aux yeux du grand public, par ce dernier, Jawlensky domine cependant l'exposition avec une œuvre phare, la Jeune fille aux pivoines de 1909 : une explosion de rouge, grenat, pourpre, rose carminé, plaqués sur fond émeraude, entaillés de noir, avec au beau milieu l'ivoire citronné du visage aux yeux clos.

Mais l'exposition offre aussi des exemples de l'Expressionnisme autrichien (Oskar Kokoschka, Max Oppenheimer) et se clôt magistralement par des œuvres majeures d'Otto Dix et de Max Beckmann, hérauts d'une Nouvelle Objectivité encore expressionniste par la déformation brutale et l'acidité des couleurs, mais dénuée des aspirations utopistes et spiritualistes d'avant la Première Guerre, et attachée à rendre compte de l'effondrement des valeurs humanistes, en ces lendemains de cataclysme mondial.

 

« Fauves et expressionnistes. De Van Dongen à Otto Dix. Chefs-d'œuvre du musée Von der Heydt »
jusqu'au 20 février 2010
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly - 75016 Paris
Tél. : 01 44 96 50 33
www.mermottan.com

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h et nocturne le mardi jusqu'à 21 h
Tarif : 9 € ou 5 € en tarif réduit


M. J. (12 novembre 2009)


 




artnet – Le monde de l'art en ligne. ©2014 Artnet Worldwide Corporation. Tous droits réservés. artnet® est une marque déposée d'Artnet Worldwide Corporation, New York, NY, USA.