Suivez-nous et partagez suivre artnet sur Facebook suivre artnet sur Twitter

 











La Photographie iranienne, un regard sur la création contemporaine en Iran, à paraître le 9 février 2012

LA PHOTO IRANIENNE AUJOURD’HUI
par Pierre Deschodt

Avec La Photographie iranienne, un regard sur la création contemporaine en Iran, les éditions Loco et la Silk Road Gallery démontrent l’existence d’un véritable mouvement artistique.

 

Rana Javadi : Quand tu mourais, 2008 © Rana Javadi

Rana Javadi
Quand tu mourais, 2008
© Rana Javadi

Gohar Dashti : La vie de tous les jours et la guerre, 2008 © Gohar Dashti Nasrin Talebi : Une vision, 2010 © Nasrin Talebi Tahmineh Monzavi : Les femmes sans domicile fixe, 2009-2010 © Tahmineh Monzavi Bahman Jalali : Image de l’imagination rouge, 2000-2008 © Bahman Jalali

Cela ne fait que très peu de temps que la photographie est considérée en Iran comme un médium artistique. Ce n’est, en effet, que depuis le début des années quatre-vingts que l’enseignement de la photographie est apparu dans les universités. Et ce n’est qu’en 2001 que la Silk Road Gallery a ouvert ses portes, première du pays à s’y être exclusivement consacrée. Elle est donc la mieux à même de présenter au monde cet ouvrage qu’elle édite, comme vitrine du travail des artistes iraniens dans ce domaine bien particulier.

S’ouvrant sur une intéressante préface de Christian Caujolle, le livre s’articule autour de six thèmes : La Vie, La Ville, La Terre, La Guerre, Autoportrait, Image recyclée. Dans chacun de ces chapitres, on trouvera une section par artiste, dont quelques lignes ou la seul présentation de son travail décrivent ou définissent le désir, les aspirations, la recherche. Il s’en dégage la certitude que l’on peut sans aucun doute parler de la photographie iranienne, d’après le titre choisie, comme d’un mouvement sinon homogène, du moins possédant une réelle unité, un sens dans la recherche plasticienne, dans le questionnement, avec une singularité spécifique qui les marque, dans la singularité même de chaque artiste. C’est une scêne qui se dessine.

Le livre se referme sur un vibrant hommage à Bahman Jalali, « artiste de haute volée », « vrai penseur » et « maître incontesté de la photographie ». Ce grand précurseur est mort en 2010.

 

La Photographie iranienne, un regard sur la création contemporaine en Iran, Loco / Atelier d’édition, Silk Road Gallery, 32 €


P. D. (13 janvier 2012)