Search the whole artnet database
 
Suivez-nous et partagez suivre artnet sur Facebook suivre artnet sur Twitter

 









Réseau NORD : Diane Arbus à la Kadist Art Foundation

par Sophie Rosemont


Jusqu'au 8 février 2009, la Kadist Art Foundation présente Diane Arbus : rétrospective imprimée, 1960-1971, exposition passionnante, sortant des sentiers battus habituellement réservés à cette artiste majeure de la photographie américaine.

La Kadist Art Foundation est une fondation privée « fonctionnant de façon collégiale avec un comité d'acquisition ». Située sur les hauteurs de Montmartre, dans la rue des Trois Frères, elle existe depuis plus de deux ans.
Joliment représentée par Sandra Terdjman et Emilie Villez, elle bénéficie de leur sagacité tant du point de vue de la programmation des expositions que dans la gestion des résidences d'artistes.

Rencontre avec Sandra Terdjman, membre du comité d'acquisition de la fondation, responsable de la programmation, et d'Emilie Villez, coordinatrice, chargée de la communication.

Sophie Rosemont : Pouvez-vous nous raconter la genèse de la Kadist Foundation ?

Sandra Terdjman : Nous sommes une fondation privée, initiée par une famille, qui constitue une collection d'art contemporain depuis 2003. Petit à petit, est venue l'idée d'ouvrir un lieu à Paris qui permettrait de soutenir les artistes plus directement, et d'avoir une résidence d'artistes. Nous avons aussi invité des commissaires indépendants afin qu'ils puissent réaliser leurs projets dans notre espace, et nous avons initié une résidence de critique d'art de deux mois. Nous invitons des artistes de la collection à présenter leur travail, comme cela a été le cas avec Pablo Pijnappel (mars 2008) ou avec Ryan Gander l'année prochaine. Les anciens résidents sont invités à proposer des ouvres pour la collection. Bref, il y a un lien assez évident entre la collection, les résidents et le programme.

S. R. : Quel est votre positionnement dans ce quartier montmartrois ?

Emilie Villez : On nous pose beaucoup la question : pourquoi nous sommes nous installés à Montmartre ? Nous sommes en effet un peu excentrés par rapport à la géographie de l'art contemporain parisien, dans un quartier qui brasse des populations très différentes, françaises comme étrangères. On se retrouve donc un peu seuls, mais nous avons depuis le début des connivences avec les galeries Frèches et Chappe. Une connivence d'abord générationnelle, mais nous sommes aussi attentifs à leur programmation, très différente de la nôtre. Nous avons la même motivation pour monter des projets.

S. R. : Quelles ont été vos motivations pour créer NORD ?

S. T. : C'est une réaction aux autres réseaux parisiens déjà existants. Mais nous ne voulons pas tomber dans une frénésie des vernissages comme dans le Marais. Nous sommes très souples en termes de format et de durée des projets. Et le pôle de la résidence nous permet de travailler sur des périodes plus longues.

E. V. : Nous avons toujours eu nos propres publics respectifs, l'idée était de susciter un partage, de faire venir les gens qui viennent chez nous chez eux, et vice-et-versa. La communication sur le Réseau NORD, parallèle à chacune des nôtres, est donc un plus. Nous souhaitons tous rester dans nos propres rythmes, ne pas nous homogénéiser, et rester sur la base d'un ou deux vernissages communs annuels. Les quatre structures du réseau sont très diversifiées, mais elles sont complémentaires.

S. R. : Quelle est l'actualité de la Kadist Foundation ?

E. V. : Nous présentons actuellement une rétrospective imprimée de Diane Arbus. Pierre Leguillon, qui en est le commissaire, a réuni des magazines, de mode principalement, pour pouvoir présenter le format originel de ces photographies. L'idée ici est de les montrer telles qu'elles ont été conçues. Cela permet de les replacer dans leur état originel, tout en montrant l'implication de Diane Arbus dans le processus de ces photos de presse, car elle participait également à la mise en page et à l'écriture. Il y a principalement des photographies extraites de magazines comme Esquire, mais également des essais photographiques. Après son séjour à la Kadist Art Foundation, l'exposition devrait circuler dans des lieux de natures diverses, ce qui permettrait de la voir différemment. Elle s'inscrit ensuite dans le tissu de collaboration franco-international que nous constituons depuis le début de notre activité.

 

A voir aussi la vidéo de Pierre Leguillon


S. R. (22 décembre 2008)


 




artnet – Le monde de l'art en ligne. ©2014 Artnet Worldwide Corporation. Tous droits réservés. artnet® est une marque déposée d'Artnet Worldwide Corporation, New York, NY, USA.