Suivez-nous et partagez suivre artnet sur Facebook suivre artnet sur Twitter

 









Les visiteurs d'Artnet : Paul-Armand Gette

par Cyril Thomas



Portrait de Paul-Armand Gette

Paul-Armand Gette (né en 1927) détourne, hybride et embrasse tous les médiums afin de construire une ouvre polysémique qui brise les frontières de l'art contemporain. Empruntant leurs outils aux scientifiques, l'artiste se transforme en un expert en botanique et en géologie. Que se soit par la peinture, le dessin, la photographie, il s'attache à décortiquer les mythes, cherche les traces de ses déesses favorites (Artémis, Diane, Aphrodite etc.) dans les recoins des paysages et les anfractuosités des sites qu'il explore pas à pas sur l'ensemble de la planète. Paul-Armand Gette est avant tout un plasticien capable de regarder « à la tangente » des choses et des objets. Il observe, analyse différemment un lieu, un corps, un insecte voire une pierre ou un fruit pour déceler ces « petits riens » qui amorceront des rapprochements uniques.

Jouant de la correspondance entre corps et paysage, il élabore son propre vocabulaire plastique depuis des décennies maniant une langue ou les minéraux et les corps sont autant de compléments d'objets ou de verbes articulant une réflexion sans cesse renouvelée. Lorsqu'il aborde la photocopie, il redécouvre ses ouvres actuelles à la lumière d'un temps passé mais non révolu. Ainsi, une image des années soixante se juxtapose à celle d'un grand maître (à titre d'exemple : Gustave Courbet, Jean-Honoré Fragonard, Jean Antoine Watteau) tout en côtoyant le détail d'une de ses dernières productions. Très loin des effets surréalistes, ou des investissements psychologiques, il remanie ses ouvres, met en place des variations qui seront par la suite intégrée à une histoire plus large ou trouveront leurs propres développements dans un futur pas si lointain.

À la galerie Incognito, ses récentes compositions s'observaient comme un point de départ pour de nouvelles associations, esquissant, tant du point de vue du motif que du sens, des effets de « débordements ». Puis, la galerie Chaume fit découvrir des séries inédites issues des recherches sur des agrandissements de polaroids. Activité qu'il mena dès les années quatre-vingt. Dernière installation en date (visible jusqu'au 05 avril 2009), avec son comparse Niele Toroni, ils investissent une salle du Gemeentemuseum Den Haag. Rencontre sur le canapé d'artnet avec l'espiègle Paul-Armand Gette.


C. T. (15 janvier 2009)